Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

XIII. On dirait le Sud. ..

mercredi  23 août 10h.

Nous quittons Cascais pour l'Algarve et ses plages de sable blond. Direction Portimao avec la promesse d'une nuit en mer...

Une épaisse brume chapeaute le sommet de la sierra de Sintra mais pour nous le temps est clair, la mer sereine et un petit vent à 120 degrés permet au spi de  nous haler  en douceur. 09-vers Cascais jipi.jpg

À part le slalomage entre les orins la journée se passe paisiblement . 

 

22h Simo et Françoise prennent le premier quart . RAS à part un cargo qui vient sur notre arrière.
La nuit semble tranquille, un peu de voile, un peu de moteur…


Jeudi 24 août 4h du mat.


Tubalcain taille sa route sous génois, JY est à la veille, JiPi somnole sur le banc.
Soudain une lueur diffuse au loin. Mais qu’est-ce donc ? On ne voit rien sur L’AIS, rien sur le radar …
Tous ses sens en alerte, notre capitaine continue sa route. La lueur se rapproche rapidement face au bateau, mais pas moyen  de savoir exactement où elle va : on ne distingue guère ni feu rouge ni feu vert.

Impossible d’appliquer la règle bien connue : « vert sur vert tout est clair, rouge sur rouge rien ne bouge ! »
Bizarre car la nuit est claire.


- JiPi réveille-toi ! On a un problème. .. sans doute un pêcheur, sa trajectoire est erratique.
JY remonte au vent pour l’éviter mais se retrouve barre bloquée , le foc dévente, le bateau s’arrête … aïe, aïe ,aïe la lueur fonce sur nous mais on ne voit toujours rien d’autre.

Simo monte aux nouvelles. Et Françoise ? Elle dort du sommeil du juste.... preuve qu'elle a confiance. 


Soudain Tubalcain entre dans un épais brouillard. On comprend mieux : ce n’est pas le Hollandais volant !
Le moteur est mis en route par sécurité , finalement JY réussit à abattre, Tubalcain repart et le pêcheur passe non loin.


       - Pfuii on a eu chaud ! pensent nos marins. On n’est pas très fiers dans ces cas là .


Explications :
Nous sommes au Cap St Vincent et le phénomène est fréquent : le brouillard se promène par nappes épaisses de quelques milles seulement. Avant c’est clair, après c’est clair …
Et pour ce qui est du pêcheur , pas d’AIS pour qu’on ne « pirate »pas ses coins de pêche , pas visible sur le radar car bateau en bois !
Et on suppose qu’il fonce sur nous pour nous écarter de ses filets, ce qui est une bonne chose .
Moralité : « avec les yeux toujours tu veilleras »


A 11h les falaises de Portimao apparaissent, la température a grimpé : 25 degrés dans l’air, 23 degrés dans l’eau.
On rêve du premier bain...

Mais d'abord, un repos bien mérité !

 01-2017 08 24 Portimao.jpg

07-2017 08 27 vers Ayamonte (1).jpg

Vendredi 25 août 

Qu'il est doux ce premier bain 

DSC_0011_optimized.jpg

DSC_0009_optimized.jpg

Ce soir escapade à  Ferragudo un petit port de pêche en face dans la rivière. Il y a 9 ans nous y avions dégusté d'excellentes sardines grillées !

La saison des sardines  est finie on devra se contenter d'un .... mérou. 

Miammmm 

03-2017 08 25 Ferragudo (1).jpg

02-2017 08 25 Ferragudo.jpg

    05-2017 08 25 Ferragudo (3).jpg    04-2017 08 25 Ferragudo (2).jpg

 

 

 

 

(Cliquer pour agrandir ) 

 

 

 

 

 

Commentaires

  • Moi aussi je me contenterais du Turbo !!! J'aime bien les sardines grillées mais quand même : y'a pas photo ! Le turbo c'est encore meilleur que le St Pierre. Ce matin à Jard chez super U il était au prix dérisoire de 18 euros le kg. Et je n'en ai pas pris, quelle erreur! Bisous à vous 4. Je vois que Simo tient toujours le coup. Bravo.

Les commentaires sont fermés.